23 décembre 2010

Galiléo. Une p'tite chanson pour Noël

La chanson s'appelle Galiléo, je l'avais écrite il y a quelques années pour le festival Les Ancres noires du Havre. Elle est interprétée par le groupe Quartier libre. Vous pouvez l'écouter en cliquant ICI.

20 décembre 2010

Mindenhol vagyok : "Je suis partout" en hongrois

J'aimerais bien qu'on arrête de m'emmerder avec l'insertion de la formule "Je suis partout" dans le titre de ce bouquin (qui me vaut moult agressions dans les salons du livre, ainsi que dans certains commentaires de ce blog)… Normalement il faut lire le livre pour comprendre la subtilité de la chose, mais bon, comme c'est Noël, voici l'explication, la seule qui vaille
Noël 1958. Pal Sarkozy offre à son fils Nicolas une épée de chevalier en bois sur laquelle sont gravés ces mots en hongrois: MINDENHOL VAGYOK. (Authentique. Ça, je ne l'ai pas inventé…)
Novembre 1970. Mort du général de Gaulle. Nicolas retrouve l'épée dans le grenier de la rue Fortuny, s'engueule avec son frère Guigui (le grand, celui du Medef) et jure qu'un jour il sera président.
Mai 2007. Sarkozy est élu, traduit la phrase en français (JE SUIS PARTOUT) et décide que cette formule-choc convient comme un gant au programme-Duracell qu'il a décidé d'appliquer.
Juillet 2011. Le président Je suis partout (sobriquet qui lui sera donné par les Français au printemps prochain) se transforme en président Je suis nulle part.

09 décembre 2010

Pierre Monzani, le préfet qui place un syndicaliste en rétention préventive pendant la visite de Sarkozy dans l'Allier

Une nouvelle affaire (révélée par Le Monde) qui en dit long sur la paranoïa qui entoure les voyages du président Je suis partoutÀ ma gauche, Frédéric Le Marrec, éducateur, syndicaliste connu comme le loup blanc de l'Allier pour ne pas aimer Sarkozy… À ma droite, Pierre Monzani (ici en compagnie du ministre de l'Intérieur condamné pour injure raciale) préfet qui ne nie pas son sarkozysme (lire son édifiante interview). Lors de la visite du président au Mayet-de-Montagne le 25 novembre, les gendarmes locaux ont placé ce syndicaliste SUD en rétention pendant cinq heures, sur ordre du préfet, qui ira jusqu'à dire "Si à 9h30 il va pisser, il faut que je le sache." Libéré quelques instants après le décollage de l'hélicoptère présidentiel, le syndicaliste a porté plainte pour arrestation arbitraire (le PV est ici).

08 décembre 2010

"Je suis partout…", la fiction qui décrypte les origines de la (fragile) santé mentale de Sarkozy et raconte la plongée dans la folie du petit homme

"Je suis partout…", c'est un blog (près de 50.000 visites depuis mai 2009), mais c'est aussi et avant tout UN LIVRE, publié par un petit éditeur indépendant (Après la Lune) et boycotté par tous les médias (y compris ceux qui ont fait de l'antisarkozysme primaire leur fond de commerce, eh oui…).

ACHETEZ-LE ! OFFREZ-LE !


LA CHUTE DE SARKOZY, FANTASME COLLECTIF

LA FOLIE DU PRÉSIDENT SUJET TABOU ?

LE LIVRE DONT LES MEDIAS NE PARLENT PAS…


Je suis partout (les derniers jours de Nicolas Sarkozy), de Jean-Jacques Reboux, éds Après la Lune, 384 p, 18 €
DANS TOUTES LES LIBRAIRIES ou sur Fnac.com
Pour lire les premiers chapitres gratis, cliquez ICI

06 décembre 2010

Des gorilles nains pour encadrer Sarkozy en Inde: le syndrome du bunker se précise!

Après le "casting des petits" de Faurecia, après l'épisode de l'hôpital de Nancy de mai 2009 dont j'ai parlé ICI (la personne tendant la blouse au chef devait être plus petite que le chef), voici que l'Elysée demande aux services indiens du protocole de trouver des gorilles plus petits que notre tout petit homme d'Etat.
Une fois de plus, mes prévisions s'avèrent d'une précision implacable… L’ex-futur maître du monde Nicolas Sarkozy, (mal) coaché par son conseiller ventriloque Jules Dessanti, court à sa perte et fonce droit dans le mur du syndrome du bunker décrit dans Je suis partout…, lequel atteindra son apogée en JUILLET 2011, date à laquelle, je le rappelle à ceux qui n'auraient pas encore lu mon bouquin, une fine moustache ourlera sa lèvre supérieure…

Pétition contre la révocation par la Poste d'un militant SUD pour faits syndicaux

Je fais suivre ICI la pétition contre la révocation de Olivier Rosay, secrétaire départemental de SUD Postaux Paris, qui passera mercredi 15 décembre en conseil central de discipline, et dont La Poste demande la révocation pour faits syndicaux. La Poste où j'ai traîné mes guêtres pendant onze ans, à l'époque où commençait la privatisation (je raconte ça dans Poste mortem, polar au titre… prémonitoire).

01 décembre 2010

Scène de ménage entre Sarkozy et Carla Bruni. Encore une fois, "Je suis partout" avait vu juste!

Jules Dessanti, conseiller ventriloque du président, rapporte au Canard enchaîné que Sarkozy, de plus en plus à cran (la folie, telle la petit bête, monte, monte…) s'est publiquement énervé contre son épouse lors du gala annuel de l'association de lutte contre le sida Aides. Quand je vous dis que ce roman est visionnaire!!

28 novembre 2010

Ça se durcit! Le dîner du Siècle était bien gardé

Le 24 novembre, la police a interpellé le réalisateur Pierre Carles et de nombreux opposants au Dîner du Siècle rassemblés place de la Concorde (lire sur Politis). Voilà qui promet une chaude ambiance pour le raout organisé le 23 février 2011 à l'Elysée par Fernand Buron et ses camarades!

23 novembre 2010

La princesse de Fortuny-Orgerus explique l'obsession de Sarkozy pour la pédophilie: c'est dans "Je suis partout…"

Au début de son quinquennat, Nicolas Sarkozy s'était déjà pris les pieds dans le tapis en prétendant (auprès de Michel Onfray) que pour lui "les pédophiles naissent pédophiles", et voilà que pour esquiver la question légitime d'un journaliste sur sa responsabilité dans l'affaire Karachi, il s'en tire encore par une lamentable et scabreuse pirouette sur la potentielle pédophilie dudit journaliste (euh, vous êtes bien dans la réalité, et pas dans un roman de politique-friction qui essaierait de prouver que le chef de l'Etat n'est plus tout à fait sain d'esprit…). On va beaucoup se gausser ces prochains jours (avant de passer à autre chose) sur l'obsession sarkozyenne de la pédophilie. Qu'on me permette de dire à celles et ceux qui n'auraient pas encore lu le présent roman, que l'explication sur cette obsession maniaque y est largement explicitée grâce, notamment, à la princesse de Fortuny-Orgerus, héroïne enfantine de l'infantile président. Pour tout savoir, il vous faudra banquer 18 euros, désolé!

22 novembre 2010

Santé mentale. Sarkozy traite un journaliste de pédophile pour se défendre des accusations portées contre lui dans l'affaire Karachi…

Serions-nous entrés dans la ligne droite qui mène à la folie évoquée dans le présent roman ? (qui se déroule, rappelons-le, en juillet 2011)
Quelques heures après avoir envoyé bouler son confrère roumain au sommet de l'OTAN à Lisbonne, Sarkozy a donné une nouvelle fois la preuve de l'altération de sa santé mentale (lire sur le site de L'Express).

De la peste au choléra… Berlusconi au président roumain, à propos de Sarkozy: "Laisse tomber, ce type est fou!"

Au sommet de l'OTAN à Lisbonne, le président roumain Traian Basecu après s'être fait rembarrer par le président français, est allé s'ouvrir à Silvio Berlusconi de ses déboires avec Sarkozy (semble-t-il de plus en plus ravagé). D’après le journaliste de financial.magazine.net, qui a assisté à la conversation, Berlusconi aurait dit au président roumain, avec un geste éloquent du doigt sur le front : "Laisse tomber Sarkozy, ce type est fou!"

19 novembre 2010

Karachigate. Le terrrible aveu de Sarkozy: "Sans le faire exprès, j'ai tué 11 Français. Et maintenant, les juges d'instruction!"

S'il est difficile de faire de l'humour avec le Karachigate (14 morts, dont 11 de nos concitoyens vraisemblablement victimes de la sinistre raison d'Etat), à côté duquel l'affaire Woerth-Bétancourt est une pochade à la Agatha Christie, il est néanmoins possible de dire que cela pourrait bien être l'affaire de trop pour Nicolas Sarkozy et précipiter la métamophose du président Je suis partout en président Je suis nulle part.
A lire sur le blog (paranoïaque) de Nicolas Minus.

15 novembre 2010

"Je suis partout", un titre qui fait débat

Une fois n'est pas coutume, ce week-end, lors du festival Paris Noir, à la Maison des Métallos, je me suis encore fait "rappeler à l'ordre" par des lecteurs (ou plutôt par des non-lecteurs…) à cause de la première partie de mon titre, qui rappelle fâcheusement le sinistre journal collabo "Je suis partout" [et aussi le titre d'une magnifique chanson d'Hubert-Félix Thiéfaine, soit dit en passant…] "Vous n'auriez pas dû appeler votre livre ainsi…" "Vous savez que Je suis partout était un journal collabo?" "Vous vous croyez malin?!"
Ma réponse à ce genre de remarque est invariable. Je suis partout, c'est (en tout cas dans cette fiction) le sobriquet que les Français(e)s vont donner, en 2011, à Sarkozy, à cause de sa propension à être partout partout partout (ou de son ubiquité, si vous voulez…). Je pense même que cela aurait déjà été fait s'il n'y avait ce fâcheux précédent… Un point, c'est tout. Devais-je me priver de cette expression au seul prétexte qu'elle rappelle un journal fasciste, raciste, antisémite, et que cela risque de me faire accuser de mauvais esprit? Je ne le pense pas…

Fillon rempile à Matignon. Le scénario de "Je suis partout" se confirme

Dans "Je suis partout…"saint François Fillon, usé par 4 années d’humiliations de la part de son petit maître élyséen, souffre le martyre. Une atroce sciatique récurrente le contraint à porter la minerve, et il est l’objet de toutes les brimades de la part des Guaino, Hortefeux et consorts, qui l’ont surnommé Mister Nobody.

Dans la réalité, après une séquence d’enfumage dans la pure tradition d’un pouvoir sarkozyste aux abois, où l’on ne lésine pas sur les moyens – Borloo allant jusqu’à se rafraîchir le portrait pour créer l'illusion de son ascension matignonne, avant de se faire éjecter de la façon que l'on sait –, François Fillon reprend la barre pour aller jusqu’au bout de son chemin de croix.

Sabordage du ministère de l’Identité nationale: Claude Guéant anticipe le scénario de "Je suis partout…"

Dans "Je suis partout…", le tout-puissant Claude Guéant annonce la suppression du ministère de l’Identité nationale à un Éric Besson déconfit, qui ne va pas s'en remettre et va sombrer dans une profonde dépression.
Les stratèges élyséens viennent, encore une fois, de fournir la preuve que le présent roman est… VISIONNAIRE.
En revanche, Brice Hortefeux, ministre d'extrême droite condamné pour injure raciale, reste à son poste…

Bientôt en ligne sur Daily Motion: le procès d’Éric Besson (qui reste d'actualité, même si Judas de Donzère a changé d'affectation).

Cruauté mentale. Villepin achète la maison de Sarah Bernhardt et s'empare de "la princesse de Fortuny-Orgerus" chère à Sarkozy

En s'installant dans l’ancien hôtel particulier de Sarah Bernhardt, rue Fortuny (17e arrondissement de Paris), Dominique de Villepin se rappelle triplement au bon souvenir de son âme damnée Sarkozy.
1°) Il martèle sournoisement à son ennemi une maxime chère à l’actrice: "Il faut haïr très peu, car c'est très fatigant. Il faut mépriser beaucoup, pardonner souvent, mais ne jamais oublier."
2°) Il le nargue en s'installant juste en face de l'hôtel particulier où le président Je suis partout passa une partie de son enfance, chez son grand-père maternel Papy Mallah (notamment l'épisode douloureux où Nicolas Minus fut lâchement abandonné par son vilain papa-qu'il-hait-tant-et-trompait-sa-môman-adorée, en 1960).
3°) Il s'empare symboliquement de la princesse de Fortuny-Orgerus, héroïne de l'enfance contrariée de Nicolas Minus, qui fut, vous le lirez dans le roman, l'objet de tous les fantasmes du jeune Sarko, lequel écrivit, l'année où il redoubla sa 6e, un texte à sa gloire, à lire ici.

10 novembre 2010

Nous les maîtres du monde, un roman de Nicolas Jaillet

Contrairement à ce que pourrait laisser croire son titre pétaradant, Nous les maîtres du monde n'est pas le récit de la fantasmagorie contrariée d'un Sarkozy se rêvant l'égal de Barack Obama, mais un roman épatant de Nicolas Jaillet, que je viens d'éditer aux éditions Après la Lune, et dont Folio réédite ce mois-ci le magnifique Sansalina, paru en 2007. Si vous aimez les histoires de super-héros, vous serez enchanté car Jaillet (blog ici) dynamite le genre avec ce thriller palpitant, sauvage et drôle, qui se déroule en 2037.
Nous les maîtres du monde, Nicolas Jaillet, éds Après la Lune, 304 pages, 15€ - Critique de Pierre Faverolle sur black-novel.

09 novembre 2010

De Gaulle, Van Gogh, ma femme et moi, un roman dont Houellebecq est la guest-star

Il y a 40 ans, Charles de Gaulle s’éteignait. Il y a 10 ans, je me mis en tête de raconter la rencontre (improbable mais totalement historique) entre Van Gogh et de Gaulle, dont le pitch peut se résumer ainsi: "Dans 2 jours, Van Gogh va mourir. Dans 4 mois, de Gaulle va naître. Mais ils vont se rencontrer…" Cela donna De Gaulle, Van Gogh, ma femme et moi (Après la Lune). Je signale en outre à ses admirateurs qu'en guest-star de ce roman figure un certain Michel Houellebecq, notre géniallissime prix Goncourt 2010 (le seul être humain (?) qui refusa de me serrer la main, il faudra que je vous raconte ça un de ces jours, c'est assez piquant…)
La critique sur Polarnoir. Acheter le livre sur Fnac.com.

Splendeur et misère du sarkozysme. Max Gallo est-il vraiment crétin?

Dans une interview au Point (à l'occasion de la mort du général de Gaulle), l’ex-mitterrandolâtre repenti (reconverti dans le sarkozysme mou du bulbe)  Max Gallo vient de déclarer "Les actes de Sarkozy diront s'il est gaulliste". Cette saillie, qui prouve à quel point l’immortalité peut avoir de fâcheuses conséquences sur l’intellect des académiciens, lui vaut les moqueries de Nicolas Minus, qui se demande sur son blog paranoïaque: "Mais comment fait-il pour être aussi con?"

Souvenirs, souvenirs. 9 novembre 1970, le jour où Nicolas Minus pleura beaucoup, décida que c’était assez, et qu'il allait lui aussi devenir président

Ce matin, le président Je suis partout va se recueillir sur la tombe du général de Gaulle, en compagnie de son fidèle souffre-douleur Fillon, bientôt renouvelé dans ses (f)onctions. Entre un tic du pif, une pichenette de poudre et une larme de crocodile, nul doute qu’il se souviendra de LA scène capitale, 40 ans plus tôt, quand Nicolas Minus prit la funeste décision de devenir un jour président…

Le général était mort depuis trois jours et nos larmes étaient intarissables. Deux jours que nous pleurions, Dadu et moi. On tournait en rond en écoutant la radio, en lisant et relisant les journaux. L’appartement sentait la cendre, la suie, la poussière, comme quand grand-père Mallah est parti. J'arrivais pas à croire que le général était mort, qu'il avait aussi peu profité de sa retraite. À cinq heures je suis allé faire un tour aux Batignoles en vélo, j'avais besoin de m’aérer la tête… J'ai pris la deuxième édition de France Soir au kiosque et j’ai aperçu Guillaume qui faisait un flipper au Chaptal avec sa copine la blondasse, ça m’a foutu en rogne. Je suis revenu comme un bolide rue Fortuny. Je suis allé m’enfermer dans ma chambre, j'avais besoin d'être seul. J’ai lu et relu tous les articles sur la mort du général. Qu'est-ce qui va nous arriver, maintenant que vous êtes parti, mon général ?…
La suite ICI, les conséquences dans Je suis partout.

07 novembre 2010

Quand Jean Viard parle de Sarkozy, la sociologie est un sport de… courtisan…

Le grand sociologue enfonceur de portes ouvertes qu’est Jean Viard (que j’ai bien connu jadis, dans une autre vie, peu après qu'il eût conseillé és-tripatouillages le grand humaniste Bernard Tapie et versé dans la béatification de Christine Ockrent) le déclare sans ambages (et sans pouffer) dans le JDD. Sarkozy [ici] supporte beaucoup de critiques dues à un système qu’a voulu la gauche – et que son caractère rend souvent odieux."
Si l’on a bien compris la rhétorique du monsieur, c'est le caractère du système [lire le quinquennat, qui, comme chacun sait, est la cause de tous nos maux] qui le rend odieux (et non pas ce président odieux qui met en danger la démocratie).

Villepin sur Europe 1 : "Sarkozy est un des problèmes de la France"

Six mois avant le procès en appel Clearstream (mai 2011), huit mois avant la fracassante déclaration de guerre de DdV sur le site Rue89, (19 juillet 2011) que vous pouvez lire en exclusivité dans "Je suis partout…" et ICI, les couteaux s’aiguisent, l’odeur du sang frais monte aux narines des fauves, et cette politique-friction s’avère de plus en plus… visionnaire!

03 novembre 2010

Bernard Squarcini: "Nicolas Sarkozy est le fils spirituel de Edgar J. Hoover"

Bernard Squarcini, grand patron du renseignement français (DCRI), n'en fait plus mystère. "Le président de la République est chaque jour de plus en plus paranoïaque, il se prend pour Edgar J. Hoover. Les services ne savent plus comment le gérer. Son conseiller ventriloque Jules Dessanti est au bord de la dépression… Il ne cesse de prononcer cette mystérieuse phrase: "Mindenhol vagyok". Léotard avait raison, ça va mal finir!"

Paranoïa et espionnage des journalistes. Nicolas Sarkozy: "Je suis partout partout partout!"

Le Canard enchaîné de ce matin (lire sur leMonde.fr) nous apprend que Sarkozy se prend pour Edgar J. Hoover, patron paranoïaque du FBI (pendant 48 ans!), et supervise personnellement la surveillance des journalistes!…
Cette nouvelle, qui n'étonnera que les béotiens et les perdreaux de l'année 2007, ne surprendra pas les lecteurs de Je suis partout…, qui savent maintenant comment va finir le 5e président de la 5e République, en juillet 2011. MAL, TRES MAL!

02 novembre 2010

Stewart et Colbert. "Manifestation pour le retour de la santé mentale". Une idée à importer en France…

En réaction au raz-de-marée des Tea-Party (vous savez, ces gens qui ont le QI de Nadine Morano), Jon Stewart et Stephen Colbert, deux humoristes US, viennent d'organiser une double manifestation à Washington (lire sur Radio Canada), Rally to restore sanity (Rassemblement pour le retour de la santé mentale) et March to keep fear alive (Marche pour entretenir la peur). Comme le disait fort justement Bernard Guetta ce matin sur France Inter, lors de la matinale (réjouissante, ah, le rire de Peter Sellars!) aux Etats-Unis, "N’ironisons pas trop sur les Américains, nous ne sommes pas tellement mieux…"
C'est la raison pour laquelle il me semble urgent et important d'importer ce genre de manif dans l'Hexagone. C'est pourquoi je m'associe pleinement à l'initiative de Fernand Buron, le ®pov'con officiel de Sarkozy, qui a prévu d'organiser un raout devant l'Elysée le 23 février 2011, pour les 3 ans du "casse-toi pov'con". Affaire à suivre…

01 novembre 2010

"La chute", Désobéissance

Tout petit, Sarkozy était fasciné par la séquence du film Le grand restaurant dans laquelle Louis de Funès joue les petits Führer devant un Bernard Blier étourdi… 
Je ne résiste pas au plaisir de vous proposer cette petite fantaisie autour du film La chute, que le président a visionné tout récemment…

Caporalisme. Philippe Val vire Gérald Dahan qui donne des boutons à Alliot-Marie et Sarkozy

Le doigt sur la couture du pantalon, Philippe Val, l’ex-chansonnier devenu Grand Conducator Equarrisseur es-ondes hertziennes de la sarkozye, a viré de France Inter l’humoriste Gérald Dahan (un temps suspecté de rouler pour l’UMP!), qui venait de vitrioler en direct (et sous ses yeux décomposés) la garde des Sceaux Michèle Alliot-Marie, dans une chronique à côté de laquelle les flèches de Porte et Guillon passent pour d'aimables bluettes… Dans quelques années, quand le président Je suis partout et tous les potentats de son oligarchie bananière seront à la retraite, ou en prison, ou aux Alcooliques anonymes, ou pantoufleront dans le privé, il faudra se délecter de cette vidéo… (que je découvre seulement):

Faut-il interner Nadine Morano?

A lire sur le blog de Fernand Buron (de plus en plus excité depuis qu’il a décidé de retourner prochainement à l’Elysée pour sonner les cloches au président Je suis partout).

Antoine Paganelli, le magistrat qui contribue à la "fellation des délits d'outrage"

Antoine Paganelli, procureur de la République de Valence (Drôme), n'est pas homme à rechigner à la tâche pour faire un petit plaisir aux amis du président. Ce grandiose magistrat n'a pas hésité à braver le ridicule en ordonnant des poursuites judiciaires pour outrage contre le quidam qui a proposé par courriel à Rachida Dati (ex-garde des Sceaux reconvertie en lapsuceuse-linguae) de lui "faire une inflation". Ledit quidam, qui a subi 48 heures de garde à vue, une perquisition en règle de sa maison et la confiscation de son ordinateur, sera jugé le 3 décembre à Valence. En présence du GIGN?
Pour tout savoir sur le délit d'outrage, allez faire un tour sur le site du CODEDO.

28 octobre 2010

Christian Sadek, le médecin qui offre un croc de boucher à Sarkozy

"La révolution c’est comme le vaccin : de temps en temps il faut des rappels." C’est ce que dit en substance, la lettre envoyée en mars 2010 à Sarkozy par Christian Sadek, médecin à Cazals (Lot), accompagnée d'un croc de boucher. Dans cette missive bien sentie, il recense tout le ressentiment et les doléances que peuvent provoquer, dans la population qu’il soigne, le locataire (très provisoire) de l’Élysée et sa politique. À lire sur danactu-résistance.

24 octobre 2010

La connerie incommensurable de Denis Tillinac

Denis Tillinac, chien-chien chiraquien reconverti en caniche sarkozyste (c'est lui qui tint la chandelle à Sarkozy lors de son récent exercice de contrition médiatique au Vatican – on le voit sur la photo se signant, juste en face de son nouveau maître…) vient de déclarer au JDD que Sarkozy devenait un bouc émissaire.
Je me souviens avoir croisé la route de ce monsieur en 2007 lors d'un débat sur "l’engagement politique et la littérature" à l'abbaye de Noirlac, dans le Cher, et j’avais déjà, à l’époque, était frappé par la suffisance qui émanait de ce nanti donneur de leçons, qui ne s'est jamais remis de ne pas avoir connu un destin plus glorieux au sein de "l’élite intellectuelle" que celui de Grand Godillot de la Chiraquie! Pathétique.

22 octobre 2010

Mystère Jazz a aimé "Je suis partout"

Un livre roboratif et jubilatoire malheureusement dédaigné par de nombreux critiques littéraires, peut-être parce qu’ils ont peur de se faire virer, comme Alain Genestar lorsqu’il avait laissé publier la photo de Cécilia et Richard dans Paris Match. LA SUITE SUR MYSTERE JAZZ.

21 octobre 2010

Fernand Buron: "Quand les pov's cons se réveilleront, petit Nicolas tremblera!"

Fernand Buron, qui vient de confirmer officiellement sa présence devant l'Elysée le 23 février 2011 à midi pour "remettre les pendules à l’heure", soutient la grève à 150%! Il le dit ICI.
Comme dit Fernand: "Quand les pov's cons se réveilleront, petit Nicolas tremblera…" À en juger par ce qui se passe actuellement en France, il est permis de penser que la dégringolade a commencé pour le président Je suis partout, mort de trouille dans son palais trop grand pour lui, entouré de ses courtisans nourris au CAC40 et dont beaucoup, rappelons-le, sont issus du vivier de l'extrême droite.

20 octobre 2010

Radio Libertaire. Le vrai-faux discours d'investiture de "l'homme à l’inconscient raciste" lu par Nicolas Mourer

Interrogé à propos de la politique du Rom érigé en bouc émissaire pratiquée par Sarkozy, Hortefeux et consorts, Jean-Paul Dubois, président de la LDH, eut ces mots: "Sarkozy a un inconscient raciste". A ce propos, écoutez le vrai-faux discours d’investiture de Sarko, réécrit par le comédien Nicolas Mourer, diffusé sur Radio Libertaire (89.4 Mhz) lors de l'émission de Christiane Passevant "Chroniques rebelles", consacrée à ce roman sur DailyMotion. Nicolas Mourer lit également des extraits du livre, notamment le Portrait du prince en pervers narcissique, inspiré par le psychiatre Serge Hefez.
Retrouvez également  sur le site Divergences le chapitre 41 du roman, qui donnera lieu à une prochaine adaptation vidéo sous le titre "LE PROCÈS D'ÉRIC BESSON".
Je serai de nouveau sur Radio Libertaire le samedi 27 novembre de 10h à 11h30 à l'émission "La philanthropie de l'ouvrier charpentier" de Philippe Raulin.

Lapsus, pléonasme & panurgie. Quand le président qui débloque demande… le déblocage

Le fumet réjouissant d'insurrection qui monte de nos villes et de nos campagnes (dont il semblerait qu'elles aient de moins en moins peur des coups de menton du zozo) rend très malheureux le petit président Je suis partout, qui vient (comme c'est écrit dans mon livre, eh, eh!) d'entamer sa lente et inexorable mutation en Je suis nulle part, qui culminera, je le rappelle, en juillet 2011. Sarkozy, qui ressemble chaque jour un peu plus à un zombie qui n'a pas tout à fait terminé sa crise d'adolescence, vient de hausser le ton en ordonnant à la France des gueux qui font verser le pays dans l'anarchie et la pénurie le… déblocage. On est prié de ne pas rire!!!

19 octobre 2010

Depardieu: "La grève, c'est ridicule… mais faire inscrire le fils d'un ami dans un lycée chic grâce à Carla Bruni, c'est classe!"

Gérard Depardieu, dont les habitué(e)s de ce site savent en quelle considération il tient l'Ecole publique (cliquer ici pour se rafraîchir la mémoire) vient de déclarer: "La grève, c'est ridicule!" (lire sur StarAgora).

Vente à la criée de "Je suis partout" sur le parcours de la manif

Ma belle pancarte "Casse-toi pov’ con" m’ayant été confisquée le 28 janvier 2010 devant l’Elysée par les flics de la DCRI, à la suite du canular Fernand Buron, qui me valut une garde à vue pour outrage au président (affaire classée sans suite), je ne pourrai donc pas la brandir lors de la manifestation d'aujourd'hui… Je serai néanmoins présent avec mes tracts et mes bouquins, métro Saint-Jacques.

Pourquoi les médias français ne s’intéressent pas à une politique-fiction qui raconte la plongée dans la folie de Sarkozy

Les médias, ça ne vous aura pas échappé, ont superbement ignoré ce livre, qui rencontre pourtant un très grand succès dans les salons du livre où je me rends depuis sa sortie. Y compris ceux qui, depuis trois ans, font leur "fond de commerce" de l'antisarkozysme… (Ne parlons pas de ces derniers mois, où tirer sur l'ambulance élyséenne est devenu un sport national.) Je n'ai évidemment pas la réponse à la question posée dans le chapeau de ce papier… Tout au plus quelques supputations…

Primo, je n'ai pas la "chance" de m'appeler Stéphane Guillon, Didier Porte (ah, le culte des martyrs de France Inter!!!), Patrick Rambaud, voire James Ellroy (ah, les génuflexions quand l’écrivain crypto-raciste US a "le courage de se pencher sur l'histoire récente de son pays"!… C'est pas en France qu'on verrait ça, n'est-ce pas!). Je n’ai pas la chance non plus de faire partie de la "confrérie" des journalistes ou des écrivains en cour, voire des sociologues à la mode. Eh oui, je ne suis qu'un modeste romancier, un "franc-tireur" solitaire qui pousse la plaisanterie jusqu'à se faire passer pour le "pov’con" de Sarkozy et se faire interpeller devant l’Élysée pour outrage au président… (la vidéo est ici). (Je signale à ce propos que j'y retourne le 23 février 2011, en compagnie cette fois du VRAI Fernand Buron, en espérant que nous serons un peu plus nombreux que la première fois!)

Secundo, certains journalistes pensent que parler de Sarkozy, "c'est encore lui faire de la pub", voire que "ce n'est pas de la littérature". D'autres "ne savent pas comment aborder ce livre" (sic). D'autres encore font une telle overdose de Sarkozy qu'ils n'ont pas envie de se plonger dans un livre qui essaie d’expliquer pourquoi et comment la raison de Sarkozy pourrait sombrer avant l'échéance de 2012… D'autres, qui ne loupent pourtant pas une occasion de dire à quel point les écrivains français peuvent être nombrilistes, n'ont que dédain pour un auteur de polars qui se lance dans ce genre d’initiative périlleuse (un an à bouffer du Sarko, ça laisse des traces!), qui plus est, au travers d'une fiction (pourtant solidement documentée).

Tercio, même si tout le monde (je ne parle pas des affidés irréductibles, dont certains m'agressent de façon assez pittoresque et pathétique…) a compris que Sarkozy est un individu très instable psychiquement (je pense quant à moi qu'il relève tout simplement de la psychiatrie), attirer l'attention sur un livre qui traite de ce sujet ultrasensible n'est sans doute pas "sans risque". On attend, on guette, on… s’auto-censure (?).

Bon. On se calme. Même si Je suis partout (les derniers jours de Nicolas Sarkozy) n'est pas un best-seller, ce livre, qui me vaut des rencontres magnifiques dans les fêtes du livre, aura au moins le mérite d'intéresser, de faire rire et (on me le dit souvent) de faire du bien à quelques milliers de lecteurs enthousiastes, et si, comme je le pense, le petit pervers narcissique au nombril hypertrophié de l’Élysée pète radicalement les plombs dans les mois qui viennent, avant ou après la fin de son quinquennat, j’aurai au moins eu le "plaisir" de savourer la chose avec… un peu d’avance!

Si vous avez lu et aimé ce livre, merci d’en parler autour de vous, offrez-le à vos amis… et à vos ennemis!

18 octobre 2010

Lapsus. Les "empreintes génitales" de Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur de la France qui pue condamné pour injures raciales

Vous, je ne sais pas, mais moi, quand je vois la tronche de Brice Hortefeux (et plus encore lorsque j'entends ses discours faisandés…), je plonge aussitôt dans un brouillard diffus, qui me transporte en une autre époque, peuplée de sombres personnages vêtus d'imperméables mastic. C'est comme ça… Son lapsus sur les empreintes génitales me rappelle un rêve que je fis lors de l'écriture de ce roman, peu après l'épisode des "Auvergnats". Le ministre de l'Intérieur traînait ses guêtres dans le fin fond des Aurès, et il se délectait de la vision d'un instrument très en vogue à l'époque: la terrible gégène… Alors, l'entendre dire "empreintes génitales" pour "empreintes génétiques", ça fait comme un court-circuit (douloureux) derrière mes oreilles…

15 octobre 2010

Bientôt sur les marchés parisiens: "Nous les maîtres du monde" de Nicolas Jaillet

Les médias ignorant avec une formidable unanimité Je suis partout, j'ai décidé de pallier le déficit d'information dont il est victime en allant directement à la rencontre du public (qui, lui, se passionne pour ce bouquin, qui répond à une sorte de fantasme collectif, la "disparition" de Nicolas Minus).
A partir de novembre, nous allons donc écumer les marchés du 14e arrondissement de Paris en compagnie de mon camarade Nicolas Jaillet, dont le sublime et fort divertissant roman de super-héros Nous les maîtres du monde paraît en librairie le 9 novembre aux éditions Après la Lune (en même temps que la réédition de son somptueux Sansalina chez Folio Policier).

"Je suis partout", un livre qui fait du bien…

Ma politique-fiction sur la plongée dans la folie de Sarkozy n'intéresse pas les médias, et ça semble assez définitif. En revanche, elle passionne quelques milliers de lectrices/lecteurs, que je salue ici chaleureusement… J'ai reçu ça ce matin, et ça fait du bien!
Je viens de terminer JE SUIS PARTOUT. Délectable! Jouissif! Mais qu'est-ce que je vais pouvoir lire dans le tram qui me fasse autant de bien? Dominique, une outrageusement résistante à Nicolas Minus.

13 octobre 2010

Quizz. A quoi pense ce petit homme mort de trouille?

Le président Je suis partout, ça commence à se savoir, n'est pas au mieux de sa forme depuis quelque temps… L'air empreint de mélancolie qu'il arbore sur cette photo ne laisse aucun doute à ce sujet… Et ça ne fait que commencer, comme vous le savez. Mais à quoi peut-il bien précisément penser?
a) A Louis XVI et à son funeste sort? (qui l'obsède) b) A sa maman Dadu? (qu'il chérit par-dessus tout et à qui il téléphone tous les soirs…) c) Au temps béni où il n'était pas président et vendait des fleurs à Neuilly? d) A la somme de haine que lui vouent les Français(e)s? e) A la retraite? f) A la princesse de Fortuny-Orgerus? g) Aux amants de Carla? h) A la mort? i) A la pitoyable trace qu'il laissera dans l'Histoire de France? j) A son fils Louis? (qu'il a abandonné, tout comme son papa l'abandonna…) k) A son fils Jean? (qui ne sera jamais président des Hauts-de-Seine…) l) A Cécilia? m) A Clara? (son amour de jeunesse fauchée dans un accident de voiture…) n) Au grand gouffre du pouvoir? o) Au Grand Turul? p) A son papa? q) A sa misérable confession avec le pape Benoît XVI? r) Aux tziganes libres, beaux et heureux? t) A tous les gens qu'il a insultés? u) A Louis de Funès dans le film Le grand restaurant? v) A ce salaud de Woody Allen qui a viré son épouse de son casting? w) A une nuit d'amour avec Ségolène Royal? x) A ce crétin d'Eric Besson? y) A la Dame de la Paix? z) A rien du tout?